Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

23 août 2018 4 23 /08 /août /2018 09:04

 

 

 

Au pied des murs abandonnés,

Les boussoles se fatiguent,

Toutes dirigées vers un zénith qui sommeille.

 

Mais toi,

Rescapé de tant de naufrages,

Tu te repères sur les cartes gravées

Dans les murs de l’inoccupé et du sauvage.

 

Tu sondes l’invisible.

Tu pressens l’intérieur.

 

C’est pour cela que la pulpe de tes doigts frappe parfois les portes métalliques :

Tu as appris, sans t’en douter, d’autres façons de compter le temps.

 

C’est pour cela que tu imagines, la nuit,

Des créatures aquatiques échappées de légendes séculaires,

Et le frémissement de leurs longues chevelures,

Léger comme le souffle caressant les champs juste avant la moisson.

 

Des veilleurs s'engouffrent dans les ruelles adjacentes

Pressés par la voix grave d'un carillon d'église désertée.

 

Sur ton radeau,

Tu attends qu’une sirène ouvre la porte.

 

 

(© Clotilde de Brito 2018 - tous droits réservés)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires