Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 15:10

Texte issu d'un atelier d'écriture où je proposais d'écrire une histoire abordant la peur sous l'angle "peur de" et / ou "peur pour". Temps imparti : 20 minutes.

 

 

La plupart du temps, il rentrait en titubant. Il s'acharnait sur la serrure, trouvait enfin la bonne clef et je l'entendais s'étaler de tout son long sur un canapé ou un fauteuil. La chute, ponctuée d'un monumental "Bordel !", ne laissait pas de doute sur un état avancé d'ébriété.

À peine entendais-je ses pas dans l'escalier que je fermais la porte à double tour, machinalement, mais un peu inquiète tout de même. Le matin, je me surprenais à attendre qu'il fût descendu pour sortir de mon appartement. C'était loin d'être une obsession mais il était certain que si je pouvais éviter de le croiser, je ne m'en portais pas plus mal.

Parfois cela sentait l'urine et l'alcool jusque sur le palier. Je n'osais pas en parler au syndic de copropriété, mais je ne voulais pas non plus perdre du temps à nettoyer, aérer, désodoriser. Ce n’était pas mon problème ce type-là. Et puis une part de moi craignait sans doute qu'il ne s'en rendît compte. Il aurait alors pu mal le prendre, cogner à ma porte, m'injurier, que sais-je ? Nous avions à peine échangé trois mots lorsque j'avais emménagé quatre mois plus tôt. Quand l'ascenseur rempli de cartons s'était arrêté au troisième étage, il m'avait fixée d'un œil torve. "Ça va durer longtemps ?" Moi qui pensais qu'un voisin sympathique eût éventuellement pu me donner un coup de main, ou du moins, se présenter, afficher un sourire (hypocrite peut-être) de bienvenue. Mais non, rien. Et pire que rien, l'hostilité déjà. Et déjà dans son haleine, la suspicion d'un alcoolisme rapidement avéré.

Certains soirs il criait, et les murs de sa salle de bains attenante à la mienne tremblaient sous la poussée puissante de ses poings. Que faisait-il ? Je l'imaginais hurlant devant le miroir, saisissant à deux mains le meuble ou la vasque, les secouant nerveusement. Je poussais le bouton de la radio pour ne plus l'entendre. Deux ou trois fois, en plus de la porte d'entrée, je fermai à clef la porte de ma chambre.

 

Puis le silence. Plus de cris, plus de tintement de trousseau de clefs, plus de pas lourd et traînant, plus son odeur.

La voisine du quatrième m'apprit qu'il avait été hospitalisé. Son vélo s'était fait renverser à deux pas de l'immeuble. Faire du vélo dans cet état... Enfin, c'était toujours mieux que conduire une voiture. Je n’aurais pas aimé le croiser sur ma route.

Il revint dix jours plus tard. Une jambe dans le plâtre, le visage encore violacé. Sobre. Il me dit « Bonjour » en sortant de l'ascenseur. Je crus même l'apercevoir sourire, un pauvre sourire, comme si ses lèvres en avaient perdu l'habitude. D'une voix étrangement douce il articula :

"Ça vous dérange ?
- Pardon ?
- Le bruit que je fais parfois. Ça vous dérange ?
- Euh... Non... Enfin... Ça me fait un peu peur.
- Peur ? Vous avez peur ? Pour moi ?"
Son visage s'éclaira un instant. Je balbutiai :
"Euh, en fait, je... je suis pressée. Excusez-moi. Bonne soirée."

Je restai ce soir-là longtemps immobile sur une chaise, à repenser à ce voisin étrange. Pour la première fois, l'idée que je ne savais rien de lui, rien des raisons qui le poussaient à boire, à s'autodétruire ainsi m'effleura. Pour la première fois. Bien sûr je n'allais pas jouer les Mère Theresa ou les bonnes samaritaines ou je ne sais quoi, je m'étais déjà souvent fait avoir, mais peut-être devais-je lui demander si ça allait.

Je frappai à sa porte le lendemain. "Besoin de rien ?" Nous étions partis sur des phrases courtes. "Un café j'veux bien." J'entraperçus le living, des photos au mur, une guitare. Je ne l'avais jamais entendu jouer. Il remarqua mon regard appuyé sur l'instrument et murmura : "Elle était à ma femme. Elle a été fauchée par un camion l'an dernier."

 

Partager cet article
Repost0

commentaires