Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 16:49

Elle s'habillait tout en cuir,
Et lui, préférait le velours.
Il voulut lui faire la cour,
Elle tenta de le séduire.
Haut perchée sur ses escarpins
En véritable galuchat,
Doucement elle s'approcha...
Il frôla sa veste de daim...
En la fixant de ses yeux doux
Il ébaucha trois pas chassés
Dans son pantalon côtelé
Et sa chemise ras du cou.
Lorsqu'ils voulurent dialoguer,
Cela fit tout un pataquès :
En une épaisse bouillabaisse,
Leur liaison a commencé.

 


Elle parlait avec des cuirs :
"J'aime tes grands t'yeux t'enfiévrés!
J'ai beaucoup t’à te raconter.
Tu vas t'au bar ? Je veux t'un kir !"
Quant à lui ce n'était pas mieux,
Tout en velours dans ses paroles :
"J'ai vraiment z'une chance folle.
Je me sens vraiment trop z'heureux.
Mais j'ai z'un doute qui m'étreint :
As-tu bien plus de dix-huit z'ans ?
Je dois savoir, c'est z'important...
Voir si on peut z'aller plus loin..."
"N'aie pas de crainte, viens t'à moi !"
"J'aimerais te parler z'encore..."
"Je n'ai pas t'assez vu ton corps,
Oh ! Allons t'ensemble chez toi !"

 


Son bustier était tout en cuir
Et lui prit un complet velours
Pour concrétiser leur amour
Et devant le maire s'unir.
« Oh vois comme c'est z'émouvant
Quand on en vient z'à se marier !
On a au moins cent z'invités
On a vraiment tout fait z'en grand. »
« Notre liaison t’anodine
A t’engendré un vrai roman !!
Nous aurons au moins trois t'enfants,
Des chiens t’agiles et deux berlines."
Elle le répétait sans cesse :
"Oh je veux tant des t'animaux
Pour nos t'adorables marmots,
Un prince et deux jolies princes
ses !"

 

 

Mais parfois il peut vous en cuire
D'avoir exprimé des vœux lourds.
Sur les trois fruits de leur amour
Un fléau vint à se produire.
Ils furent atteints de psilose
(Pas un cheveu sur le caillou !),
"Des yeux comme ceux des z'hiboux",
Et leur langage était grandiose.
"Nous n'aimons pas les z'haricots !!
On veut des z'homards, des z'harengs !!
Sous les z'hourras, on crie Maman
Et Papa sont des vrais z'héros !!"
De psilose en cuir et velours
Leur vie fut tout un pataquès,
De ces liaisons sans maîtresse
Où la langue vous joue des tours.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires