Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 20:56

Il est recommandé, lorsqu'on rencontre quelqu'un pour la première fois, et les fois suivantes bien entendu, de respecter quelques codes de bonne conduite. Et en première place sur le mémento des préceptes de savoir-vivre, au moment de saluer, on retrouve celui-ci : tendre la main.

Il y a des mots qui vous bouleversent tant ils cachent leur jeu. Lorsque leur mystère vous est enfin dévoilé, ils vous laissent une déchirure au cœur, un peu de triste et d’incompréhension.

Et ces quelques mots, « tendre la main », m’ont cruellement fourvoyée.  

 

Je me réjouissais d’entrer dans le monde, de me montrer, de dire aux autres humains : « Me voilà, c’est moi ! Vous voilà, c’est vous ! Rencontrons-nous, échangeons, rions, discutons, vivons et créons du lien. » J’avais bien en tête, pour éviter tout impair et bien me comporter, ces quatre syllabes apparemment anodines : « tendre la main ».

 

Pour moi ce n’était qu’un début : si « tendre la main », alors « tendre le regard », et « tendre la voix, et le discours, et la parole ». Tendre. Ah ! j’aimais cela : cette idée de tendresse. Elle est tendre, la main, il est tendre, le regard !

 

Ainsi, à la première main que je saisis entre mes doigts, je prodiguai un effleurement particulièrement amical. Mes phalanges n’étaient que prévenance et bonté. Je tentai même avec le pouce un léger chatouillement de l’index de mon hôte. La main se retira vivement, son propriétaire grommela quelque chose et s’en fut sans demander son reste.

 

Devinant mon trouble, on me remit sur les rails : « Voyons, tendre la main, c’est au sens propre qu’il faut le prendre. »

 

Je ne comprenais pas : ma main était propre et j’ai le sens de l’hygiène. Il n’y avait pour moi aucun problème : tendre et propre la main, tendre et clair le regard, tendre et caressante la voix.

 

On insista : « Non, pas du tout, tendre la main au sens propre, pas au sens figuré. »

Je demandai plus loin à quelqu’un d’autre ce que signifiait « tendre la main » au sens figuré : apporter son aide. Et on ajouta même : « Si vous vous figurez que parce qu'on vous tend la main, on vous tend la main, vous vous mettez le doigt dans l’œil, au sens figuré. » Je pensais à part moi : « Bien sûr au sens figuré, puisque l’œil est sur la figure… Étrange qu’on me le précise… »

 

Je retins qu’il ne fallait donc pas «aider son interlocuteur », mais bien se laver les mains pour lui présenter une main propre et tendre.

« Mais non ! Il ne s’agit absolument pas d’une main tendre que vous devez tendre ! Qui vous a mis cette idée absurde en tête ?!? C’est simplement une main tendue. »

Me voilà très perturbée : d’une humeur douce, délicate et affectueuse il me fallait donc passer à un état tourmenté, énervé, préoccupé pour continuer à rencontrer les gens ?

 

Je me répétais donc « main tendue, main tendue ». Ainsi je serrai très fort les mains suivantes, mes doigts bien crispés pour qu’on en sentît parfaitement la tension. Je m’aventurai même à glisser quelques coups d’ongles dans la peau.

Alors que je suivais à la lettre les indications qu’on m’avait données, je sentais que je contrariais les détenteurs des mains serrées. On me fuyait.

 

« Mais que ne comprenez-vous pas dans « tendre la main » ? » finit-on par me hurler dessus. « Tendre, tendre comme tendre un élastique ou une ficelle ou le bâton pour se faire battre. »

Ah !!!! Tendre !! Il s’agissait du verbe tendre !

Moi je me sentais davantage adjectif que verbe ! J’ai toujours été très adjectif… Depuis petite...

Pourtant je le sais qu’au commencement était le verbe, et que se présenter la toute première fois aux autres par un verbe est somme toute assez logique.

 

Je compris mon erreur : la main ne devait être ni tendre, ni tendue, elle devait juste être tendue... Tendue au participe passé et au neutre de la bienséance.

Ah ! Cruelle dualité du mot tendre... Tendre la main... Je pense en avoir peu à peu saisi le sens en saisissant des mains, mais parfois je tends à croire que je n’y comprends rien.

Partager cet article
Repost0

commentaires