Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

19 août 2020 3 19 /08 /août /2020 16:22

Un mouvement infime et continu,

à peine perceptible

mais irréversible pourtant,

se devine dans l’air.

 

Tranquille, comme on déroulerait une bobine de soie,

peu à peu elle abandonne l'uniforme de l'habitude,

repassé de quotidien,

ceinturé de normes et de bonnes manières,

ajusté comme il faut,

corseté comme il faut,

et boutonné d'ennui.

Le costume sage des vies bien rangées

et ses souliers de peine et de recommencement.

 

Peu à peu elle laisse cette peau usée,

le masque fatigué des fausses joies figées,

le fard des convenances, des obligations, des artifices :

le rôti au four,

le linge qui sèche,

les orchidées immobiles sur la table en noyer,

le rouge à lèvres soigneusement posé sur la bouche comme une serrure sur un coffre.

 

Elle se défait de toutes ses parures,

de ses titres de gloire,

de ses médailles trop lourdes.

Elle se fait plus légère,

se libère des armures et des combats qu'elle ne veut plus mener.

Le ciel a tant d'éclat !

L'air est doux à nouveau.

Si l'envie lui prenait de chanter,

elle n'aurait plus peur d'étonner les oiseaux.

 

Elle ne sait plus vraiment rire

ou elle le sait encore.

Elle apprendra.

 

Elle choisira ses nouveaux habits,

ses colliers en bulles de savon,

ses couronnes de pétales parfumés,

babioles et falbalas,

ou rien de tout cela :

toutes les naissances commencent dénudées.

Partager cet article
Repost0

commentaires