Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 11:34

Ferme les yeux
et divague sur notre radeau de sommeil,
dans nos navigations de paresseux dimanches.


Les rives sont riantes et gorgées de lumière,
les draps gonflés sous le souffle maritime des soupirs.
Nos cheveux sur l'oreiller se mêlent en algues brunes.
Nous rions et oublions les doutes et les naufrages.


Tes baisers sont de sel et ils me donnent soif
(de frissons, de draps froissés).
Une caresse assoupie musarde
sur les dunes tièdes de nos peaux de sable
sous les cieux tissés d'éclairs brûlants.


Imagine :
une vie de bord de mer.


Les passants de la digue nous prendraient
pour deux cerfs-volants fatigués,
abandonnés ou laissés au repos
dans la respiration douce des oyats
avant que n'éclate le mauvais temps.


Nous ne bougerions pas
tout absorbés dans la contemplation des jeux de va-et-vient de l'eau sous les nuages.
Ni sextant ni boussole pour connaître la course du ciel.


Imagine :
ce carré de bleu par la fenêtre, c'est l'océan qui nous attend.


On louerait pour deux mois un appartement vue sur mer
juste au-dessus d'une petite boutique de souvenirs.
On saluerait le soleil à son lever, à son coucher,
on lui dirait "à demain !" comme on se le dit tous les soirs.
Il disparaîtrait lentement et laisserait les marées veiller sur nos songes.


Ça serait le sable et l'écume à tous les vents,
ça serait le silence et la rumeur des vagues,
et les algues et les galets mille fois polis,
et cette immuable beauté et cette éternelle grandeur aux camaïeux changeants.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires