Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 11:33

Au bout de mes doigts,
le ciel se fait doux et pommelé.
Comme la robe d’une jument craintive.
Je ne veux pas l’effrayer ni la chasser,
je tends simplement la main
vers ses naseaux frémissant.
Loin, plus loin que ne porte mon regard.  
Je frôle les frontières rêvées de l’espace.

 

Le soleil renverse sur le sol des encres de Chine changeantes.
La main des heures étire le pinceau,
dilue le gris qui se répand sur terre
et m’enveloppe aussi dans son grand manteau d’ombres.

 

Sur la nuée tranquille je trace des lignes d’écriture
pendant que la main des heures pétrit la voûte céleste.
Mes yeux ont faim de ce pain-là,
le seul qui nous sera toujours donné.

 

Que resterait-il à dire si tout n’était qu’azur ?

 

Quand le bleu devient trop intense,
la solitude m’étreint le cœur.
Une mélancolie vague,
et le désarroi du réveil,
et la rumeur douloureusement lointaine du monde,
et les phares perdus sur l’océan.

 

Quand le bleu devient trop intense,
je recherche, égarée, la course des nuages.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires