Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

30 septembre 2020 3 30 /09 /septembre /2020 08:59

Parle si tu veux,
prends le temps de parler, je t'écoute.

 

C'est le talent que le ciel m'a donné :
je sais attendre
et entendre jusqu'au bout les histoires.

 

Et j'attendais ton histoire.

 

Je ne te demanderai pas de tout résumer
en cinq minutes en une page en deux mots.
Prends le temps.

 

Peut-être n’auras-tu pas l’envie de tout dire ?
Peut-être voudras-tu au contraire tout révéler, dévoiler, répéter
pour que je comprenne mieux ?
Je prendrai ce que tu me diras,
mais aussi tes ratures, tes erreurs, tes retours, tes silences :
je les replacerai dans ce que tu me livres de ton histoire.

 

Je ne dirai pas :
"c'est donc pour ça que tu..."
Je ne t'interromprai pas et ne chercherai pas à tout comprendre.

 

Trop souvent j'ai dû résumer
en cinq minutes en une page en deux mots.
Condenser, concentrer, choisir en un éclair
la combinaison de syllabes-intonation-regard-expression
pour la seconde,
la toute petite seconde qu'on daignait m'accorder.

 

Combien de méprises et d'incompréhensions
dues à ce chronomètre invisible suspendu au-dessus de ma parole ?
J'ai si souvent senti mon temps compté
sous le couperet aiguisé et implacable des avis prompts, bien trop prompts, à trancher.

 

Mais toi, là, devant moi, parle, et parle longtemps si tu le veux.
Je t'écoute.

 

Je ne sais rien de la rivière
si je ne recueille qu'un peu d'eau dans le creux de ma main.
Ni de l'arbre immense
si ma paume ne s'attarde qu'un instant sur le tronc.
Deux notes n'ont jamais suffi à goûter la beauté d'une symphonie.

 

Le monde devient fou de sa course folle,
de son vertige permanent.
Il factorise à tout va pour que tout s'accélère,
il ne fait plus de place aux équations complexes qui se développent sur plusieurs lignes.

 

L'air du temps prétend vouloir simplifier et extraire une essence pure,
une goutte pour l'océan d'une vie,
pour que tout se résume,
pour faire de l'humain du tout petit, de l’infiniment minuscule, de l’absolument rien.

 

Alors qu'il y a dans ta parole
un autre monde, luxuriant, de sens, d’esprit,
de mouvements et de lumières, de sensations,
un monde où ma confiance peut rencontrer la tienne.

 

Alors parle si tu veux.
Et si tu ne le veux pas, je ferai aussi de la place pour ton silence.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires