Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

11 décembre 2020 5 11 /12 /décembre /2020 15:26

Les gens n'imaginent pas à quel point je souffle... Et pourtant je souffle énormément.

 

Je ne le dis pas, mais parfois, les autres, autour, le voient bien, que je souffle. Certains compatissent. D'autres ne comprennent pas, voire me tancent :

"Eh bien ! Vous ne manquez pas d'air !" ou alors "Allez ! Vous vous dégonflez ! Un peu de courage !"

Ce n'est tout de même pas de ma faute si je souffle autant ! Un peu d'indulgence, d'humanité. Depuis petite je souffle. Je souffle de stress, de solitude, d'ennui. Même quand j'ai un soupirant, je souffle... quand il me gonfle. Une petite contrariété, une attente trop longue, un mot de travers et ça y est, je souffle. Je suis trop sensible, c'est assez fou. Je ne connais personne qui souffle autant que moi. Ce n'est pas une vie.

 

Pour y remédier, pour que je souffle moins, on m'a suggéré de voir un médecin. Mais moi les médecins, je n'aime pas trop ça. Que peuvent-ils bien faire pour soulager leurs patients qui soufflent ? Et puis moi je ne suis pas patiente. Il paraît d'ailleurs que c'est pour ça que je souffle.

 

Je trouve très admirables tous ces gens qui soufflent intérieurement en silence. Je ne sais pas comment ils font, il doit y avoir une technique, une astuce pour que cela reste intérieur, que ça ne sorte pas. Ils soufflent sans en avoir l'air. J'en ai vu, ça m'a soufflée. Moi je ne peux pas, je souffle parfois à en mourir : j'expire, littéralement, j'expire à fond.

 

Un jour je serai à bout de souffle, ça sera peut-être le dernier ? Mais avant ce jour-là, j'espère en trouver un nouveau.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires