Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 19:55

T'es pas belle ma ville

T'es grise et tu pues le soja

T'as des bistrots plein tes valises

Et ma valise ne revient pas

 

T'as des valises plein tes bistrots

T'as des voyages dans tes embruns

Et ça dérive et ça prend l'eau

De Recouvrance à Saint Martin

 

Je parle de toi comme d'un écueil

D'une porte qui reste entrouverte

Et si je reste sur le seuil

Est-ce que je cours à ma perte ?

 

 

Et on écoute Miossec

Un peu comme deux exilés

L'œil humide le cœur à sec

On voit le soir décliner

 

Vivre ailleurs ce n'est pas vivre

C'est attendre de rentrer

 

 

T'es comme un tout premier amour

Qui laisse un goût de pas assez

On aurait pu se dire toujours

Je suis partie tu es restée

 

Doit-on retourner d'où on vient ?

A ses anciennes habitudes

Aux rues que l'on connaît si bien

Y retrouver des certitudes ?

 

Car j'ai encore des nostalgies

De place Guérin ou Liberté

De chansons qui déchirent la nuit

Dans un relent d'ébriété

 

 

Et on écoute Miossec

Un peu comme deux exilés

L'œil humide le cœur à sec

On voit le soir décliner

 

Vivre ailleurs ce n'est pas vivre

C'est attendre de rentrer

 

 

Perpendiculaire à perpèt

De perspectives vers le port

T'as des brouillards de cigarette

J'ai des envies de réconfort

 

Mes quinze ans stagnent dans les flaques

Où sautent des mioches en capuche

Parfois jetée par le ressac 

Je viens serrer quelques paluches

 

T'es vraiment à l'ouest ma ville

T'es trop loin de tout et de rien

Tu bouges pas toi t'es tranquille

C'est à moi de faire le chemin 

 

 

Et on écoute Miossec

Un peu comme deux exilés

L'œil humide le cœur à sec

On voit le soir décliner

 

Vivre ailleurs ce n'est pas vivre

C'est attendre de rentrer

 

 

T'es si belle ma ville

Dans tes lumières de bout du monde

Quand ta nuit appelle les îles

Dans des bouteilles vagabondes

 

T'as des sirènes dans tes silences

Qui me ramènent jusqu'à toi

De Saint Martin à Recouvrance

C'est mon ombre que je revois

 

Doit-on retourner d'où on vient ?

Finir l'histoire où elle commence ?

Je ne sais pas je me souviens

Et ma mémoire tue la distance

 

 

Et on écoute Miossec

Un peu comme deux exilés

L'œil humide le cœur à sec

On voit le soir décliner

 

Vivre ailleurs ce n'est pas vivre

C'est attendre de rentrer

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
C'est magnifique ! Bravo et merci !
Répondre
Y
superbe !<br /> <br /> bonjour d'une brestoise
Répondre
C
Merci Armelle. J'ai un air dans la tête mais je dois voir s'il s'accorde bien avec le texte...
Répondre
L
Absolument magnifique ce texte Clo, mais bon, on a pris l'habitude avec toi ! Tu devrais te chercher un compositeur pour le mettre en musique.... cela ferait sûrement un carton, une très belle<br /> chanson ! Je me ferais un plaisir de l'interpréter. Ce texte me fait penser à Brel.....
Répondre