Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 15:31

Le chat regardait en haut

Y avait un nid de moineau

Installé sous notre toit

 

Ça bougeait ça f’sait du bruit

Des piou piou et des cui cui

Parfois les deux à la fois

 

 

Notre félin notre maître

Surveille toujours la fenêtre

Quelle que soit la météo

 

De ses yeux verts il indique

Les changements climatiques

Le mouvement des oiseaux

 

 

Le chat regardait en bas

Y avait un œuf sur le plat

Car le nid était tombé

 

Le ballon des pt'its voisins

Involontaire assassin

Avait été bien lancé

Partager cet article
Repost0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 16:08

 

« Quand j’ai le ventre qui gargouille,

Je me fais ma petite tambouille »

Chantait l’Italienne des Pouilles

Qui avait une si jolie bouille,            

Et cuisinait ses plats de nouilles

Accompagnés de ratatouille.


Son amant était une arsouille,

Du genre « j’bois pas d’eau car ça rouille ! ».

« J’en ai marre, je pars en vadrouille.

La ratatouille ça me barbouille !

Je vais manger une bonne andouille,

Ca me changera de tes nouilles. »

 

Sans un sourire sans une papouille,

Sans un guili sans un chatouille,

Sans un mot sans une bafouille,

Ni vu ni connu je t’embrouille,

Il est parti sous l’eau qui mouille,

Celle qui fait sortir les grenouilles…  

 

                                                           

Mais faut dire qu’une bonne andouille,

Y en a pas partout qui pendouillent !           

Cherchant cherchant fouille que fouille,

Notre homme est revenu bredouille…  

 

Mais une porte ça se verrouille…

 

Sur le perron il s’agenouille,

Il bavouille, bafouille et cafouille

« Chérie il faut pas qu’on s’embrouille,

Ouvre-moi j’ai la vue qui s’brouille »

 

Le lendemain près de trois douilles

On a retrouvé sa dépouille.     

 

Comme c’était une sacrée fripouille

(Le genre de gars que l’on zigouille)

La belle Italienne des Pouilles

Sans s’inquiéter mange ses nouilles,

Et c’est un autre qui dérouille…

 

Le genre d’histoires qui fout la trouille…    

 

Moi je finis toujours mes nouilles...

 

Mais surveillez ce qu’elle magouille !

Même pas sûre qu’elle vienne des Pouilles :

Des nouilles avec la ratatouille ??

Dans le potage y avait une…

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 19:35

Je suis auteur de romans noirs

C'est moi "Le colt dans la baignoire"

Et "Pataquès chez les poulets"

Celui qui a fait mon succès

 

Je suis auteur de policiers 

Et dans le genre j'ai du métier
On dit dans les colonnes du Monde

Que ma plume est fine et féconde

 

Mais j'aurais préféré mille fois

Ecrire des poèmes à deux voix

Des bluettes et des romances

Des souvenirs d'amours d'enfance

 

J'ai essayé _ c'est difficile _

De changer de thème et de style

J'ai même tenté pour Harlequin

Des manuscrits un peu coquins

 

Mais à chaque fois qu'elle l'enlace

Ou qu'il devient un peu salace

Elle l'étrangle ou il la viole

Puis la maquille au vitriol

 

Il faut toujours que l'héroïne

Ait des manières d'assassine

Que les personnages secondaires

Soient inspecteurs ou commissaires

 

Il n'y a jamais dans mes histoires

De Polichinelle dans l'tiroir

Plutôt des cadavres sans trace

Des macchabées sous la terrasse

 

Partout des mobiles très obscurs

Du poison dans la confiture

Des revolvers, douilles cachées,

Faux témoignages, gorges tranchées

 

Suis-je perverse au plus haut stade ?

Ai-je le cerveau si malade

Qu'en aucun cas je n'imagine

Dix pages sans hémoglobine ?

 

J'aime les romans à l'eau de rose

J'en lis même jusqu'à l'overdose

Mais je ne sais pas en écrire

C'est un tourment qui me déchire

 

Mes héros terminent toujours

Avec la tête dans le four

Quand il y a de l'eau dans le gaz

Y en a toujours un qui s'embrase

 

Et aujourd'hui on me demande

C'est une prière, une commande

De créer un épithalame :

Ma petite soeur devient madame

 

"Toi qui manies si bien les mots

Qui as les formules qu'il faut

A notre mariage pourrais-tu

Nous faire un discours impromptu ?"

 

Je suis un peu désemparée

Je n'ai pas été préparée

La première image qui me vient

C'est mon beau-frère dans le bassin

 

Etouffé par sa cravalière

(Ou peut-être est-ce la jarretière ?)

Vraiment je ne peux décemment

Faire le discours que l'on attend

 

C'est dans deux mois l'heure du crime

Et déjà je sue et m'escrime

A trouver de belles tournures

Qui puissent masquer mon imposture

 

J'ai un début intéressant :

"Vous enterrez vos vies d'avant

En devenant femme et époux

Vous vous passez la corde au cou"

 

Ah c'est terrible, tout me rappelle

A ce penchant si naturel...

Alors ce soir j'ai le bourdon

Et je le noie dans un bourbon

 

Je suis auteur de romans noirs

Et je suis une fille sans histoire

En tout cas pas de romantique

(Peut-être un jour avec un flic ?)

 

Je suis auteur de policiers

Et même si j'ai du métier

Je ne saurai jamais _ c'est triste _

Inventer des fins optimistes

 

Jamais les lecteurs ne devinent

Les failles et les guerres intestines

Que doivent supporter souvent 

Les grands auteurs de notre temps

Partager cet article
Repost0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 11:23

Oh la la j'ai pris du retard dans mon agenda... et pourtant il s'en est passé des choses depuis juin 2015 (date de mon dernier événement annoncé sur ce blog pas du tout à jour) !!!

Le plus simple est de taper mon nom ("Clotilde de Brito") dans Google (ou un autre moteur de recherche). Vous pourrez y regarder mes vidéos (sur Youtube et Dailymotion), lire les billets d'humeur que j'écris dans Ouest France, découvrir les articles sur mon spectacle "Histoire(s) Singulière(s)", etc etc. Et puis si vous avez des questions, vous pouvez toujours me contacter via ce blog. :)

 

 

 

Le 20 juin 2015 à 17h à la plage du Valais, "Clo et Toto s'emmêlent les mots". Spectacle poétique version plein air ! (version plein air testée le 13 juin 2015 dans le jardin de particuliers fort sympathiques)

DU 2 AU 6 JUIN 2015 : COUPE DU MONDE DE SLAM  ! 23 pays présents... je représente la France et à ma grande surprise (et à ma grande joie)... je remporte le tournoi ! http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20150609.OBS0449/francais-nous-sommes-champions-du-monde-de-slam.html

 

Le 7 mai 2015 au Quai des rêves à Lamballe : participation à une discussion sur les jeunes et la liberté d'expression

 

Le 30 avril 2015 : scène slam au Diable vos Verres à Guingamp

 

Le 25 avril 2015 au salon du livre de Lanvollon : participation en tant que souffleuse de vers
Le 18 avril 2015 à Plédéliac : scène slam animée par Grand Cormoran dans le cadre d'une soirée organisée par l'association Lentcho

 

En avril et mai 2015 : 2 interventions en classe de 3ème au collège du Sacré Coeur de Lamballe sur la poésie engagée.

http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lamballe/college-sacre-coeur-l-art-de-la-poesie-16-05-2015-10630460.php

 

Le 28 mars 2015, festival de théâtre amateur d'Erquy !! Thème : Ah ! Les enfants ! A cette occasion, présentation de mon monologue "Crise d'ado".

 

Le 21 mars 2015 à 16h30, dans la salle de la Grande Ourse, à Saint Agathon, près de Guingamp, dans le cadre du Festival du conte et de la Poésie, présentation en exclusivité mondiale du spectacle
"Clo et Toto s'emmêlent les mots".
Avec mon collègue Toto LPT, nous tenterons de vous offrir "une parenthèse ouverte sur un temps suspendu sur le bout de la langue".

 

Vendredi 13 (oh ! vendredi 13 !!!) mars 2015, à 17h, à la médiathèque de Pontanézen de Brest, présentation d'un petit pot-pourri de mes textes ("Trente-quatre minutes et des brouettes...") pour fêter les 10 ans du jeu des Poétickets !

Samedi 7 mars 2015, au Quai des Rêves à Lamballe, présentation de quelques textes de slam entre le spectacle "9 petites filles" et "Victor Hugo mon amour". Déclamation faite au cours d'un repas délicieux concocté par "Chez Camille et Margaux", restaurateurs de Lamballe.

 

Le 28 février 2015, dans le quartier Saint Marc à Brest, manifestation poétique dans le cadre du lancement de la 10e édition des jeux des Poétickets de l'association Compter les Girafes !!! Mais vous en saurez plus ici : http://poetickets.fr/ Et je ne saurais que trop vous recommancder une visite de l'excellent blog d'Hervé Eléouet, poète émérite et président de l'association. http://hucheapain.fr/

 

 

Le 14 février 2015, finale de "Reims slam d'Europe", avec Miko Berry représentant l'Ecosse, Nilson Muniz, le Portugal, Sergio Garau, l'Italie (et moi, la France). Arrivée deuxième après Miko (une de ses performances ici : https://www.youtube.com/watch?v=vVOoiUmmcXk) !! Très belle soirée dans un cadre extraordinaire, l'Opéra de Reims !!! http://www.operadereims.com/Galerie-photos Et très chouette spectacle "Beat attitude" pour continuer la soirée.

 

 

Le 22 janvier 2015, scène slam à Guingamp au Diable Vos Verres, le 24 janvier 2015, scène slam à St Brieuc au Soup'son, le 29 janvier 2015, scène slam à St Brieuc au Piano bleu

 

Le 6 décembre 2014, demi-finale du tournoi européen de slam à Reims "Reims slam d'Europe". Pays présents : Allemagne, Angleterre, Ecosse, Espagne, France, Italie, Portugal. Beau moment de partage et découverte de slameurs extraordinaire. Sélectionnée pour la finale en février!! http://www.slamtribu.com/slam-d-europe/

 

Samedi 29 novembre, tournage d'une vidéo poétique à la Butte aux Cailles avec "Appelle-moi Poésie". L'un de mes plus beaux moments parisiens !!! Merci !!! Voici leur site : http://www.appellemoipoesie.com  . Voici la vidéo : Meus pais

 

Le 22 octobre 2014, animation d'une scène slam avec Radouane (Grand Cormoran) dans le cadre du Festival Banc public. Programme complet du festival  : http://www.bancpublic.org

 

En août 2014... Le 8, scène slam à Granville, le 13, scène slam à Saint Agathon (ma première en tant qu'animatrice), le 21, lecture de poésie à Paimpol...

 

Le 22 juin 2014, participation à la sympathique Fête de la plage du Valais à Saint Brieuc

Du 5 au 8 juin 2014, participation au Grand Slam National à Paris avec l'équipe de Saint Brieuc

et le résultat....... notre équipe finit 3ème.... et moi... 1ère en individuel !!!

Pour voir les vidéos c'est par ici :

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=GNtTz6Gckk0

 

https://www.youtube.com/watch?v=jk2goR7QCMY

 

 

Le 1er juin 2014, festival des Petits papiers en fête à Belle Isle en Terre. Participation en tant que souffleuse de vers (poèmes de divers auteurs et de ma composition) 

DSC 1082

 

 

Du 16 au 18 mai 2014, participation à la Coupe de la Ligue de Slam au théâtre du Vieux Saint Etienne à Rennes.

 

Le 30 avril 2014 à Rennes à la Maison de la Poésie : finale régionale / sélection pour la Coupe de la Ligue de Slam. Qualification avec Ange et Rolling Man.

 

Les 26 et 27 avril 2014, festival de théâtre amateur d'Erquy.

Participation à une scène écrite par Hervé Cauret avec la troupe de Dinan, "Le cinquième éléphant" . Et participation en solo avec le texte "Crise de jalousie".

 

Interventions dans le cadre des Escales Poétiques du Conseil Général des Côtes d'Armor. Le 4 avril 2014 à Saint Brieuc et le 23 avril 2014 à Merdrignac. Avec mon tube à poèmes pour vous ravir les oreilles.

 

Printemps du conte et de la poésie à St Agathon du 21 au 23 mars 2013 :
Deuxième édition ! A cette occasion, week-end électoral oblige,  je présenterai mon discours poético-politique "Les poètes vous mentent !" Plus d'infos ici : http://le-printemps-saint-agathon.blogspot.fr/

 

Du 7 au 9 mars 2014 : participation au championnat francophone de slam du Mans (Le Mans Cité Chanson)

 

Le samedi 22 février 2014, scène slam à Josselin pour la qualification au tremplin Le Mans Cité Chanson. Qualifiée !!

 

 

Le samedi 22 février 2014 dans le hall de la gare de Brest : lancement du jeu des poétickets en compagnie de Goulven Ka, parrain de la neuvième édition du jeu. J'y ferai une petite intervention... le blues de la contrebasse...

 

 

Depuis le 18 septembre 2013, retrouvez-moi tous les mercredis sur Radio Activ, 101.9, dans l'émission Slam Horizon de 19h à 20h. Slam, poésie, et mots en tout genre dans cette émission éclectique et sympathique !  

 

 

"Week-end en ascenseur", joué par la troupe "Le cinquième éléphant" de Dinan. A Quévert, le 12 octobre 2013 à 20h30.

 

 C'est avec grand plaisir que je ferai leur première partie...

 

 

Soirée poésie à l'Oiseau Sablier à Tréguier le 13 septembre 2013 à 18h

Avec de nombreux poètes et un accompagnement musical, au milieu de très belles oeuvres car l'Oiseau Sablier est avant tout une galerie d'art

 

 

Soirée poésie au Schooner Pub à Pontrieux, le 07 septembre 2013 à 20h30.

Après le récital de Pablo et Sidonie : "La femme est l'avenir de l'homme" (voix et violoncelle) où ils présenteront un tour de chant d’Aragon, Brassens, Moustaki, Brel, Barbara et quelques autres, le groupe amateur de Plumes d'Armor proposera "ELLE(s)", un hommage à la Femme en poésies et chansons. Avec Xavier Pierre, Clotide de Brito, Maggy et Maurice Bézert, Daniel Collin, Jean-Paul Le Buhan, Bernard Bolé et Gérard Gouarin".
Suivie d’une scène ouverte. Entrée libre

 

Animations lecture et voix à Belle-Isle-en Terre les 20 et 27 juin 2013 

Participation au Grand Slam National à Paris du 6 au 9 juin 2013

dans l'équipe briochine (de Saint Brieuc) avec Radouane (alias Grand Cormoran), ToTo LPT et Eugène Manitou !
Rounds au cabaret "Culture Rapide", place Fréhel, 20e arrondissement 

pour plus d'informations (lieux, horaires), c'est ici : http://www.grandslamnational.com/

 

Festival Les petits papiers en fête, à Belle-Isle-en-Terre le 2 juin 2013 :

Artistes du papier, peintres, plasticiens, conteurs et autres s'invitent sur le site des anciennes papteries Vallée. J'y serai présente pour faire une...
                           " Pseudo-conférence humoristique et poétique sur le métier de poète public."

Le poète public, à l’instar de l’écrivain public, vous aide à rédiger vos lettres (d’amour, de démission, de réclamation), vos petites annonces de location ou de vente de bébés canaris, ou à trouver les mots qui vous manquent, que vous avez au bout de la langue et qu’il retrouve au bout de sa plume…
Où trouver un poète public ? Quelles difficultés rencontre le poète public ? Quels sont les risques du métier ? Comment devient-on poète public ? Autant de questions, avec ou sans réponse, auxquelles je répondrai (ou pas).

 

 

A St Agathon, le 15 mai, poésie, contes, textes, musiques et chansons à l'honneur au Karin's bar

  A cette occasion, je présenterai le monologue "crise de vieillesse" en lecture

 

A Lantic le 11 mai, moments de voyages, de théâtre et de poésie... pour l'association "des chemins et des rêves" dans la chapelle de Notre Dame de la Cour

et voici un petit diaporama de la soirée : http://www.youtube.com/watch?v=ZxV-bLx_VA4

Festival de théâtre amateur d'Erquy du 5 au 7 avril 2013:

Du 5 au 7 avril aura lieu à Erquy (22) le festival de théâtre amateur... d'Erquy. Après une belle balade en bord de mer,  venez faire une belle balade en bord de scène...    
Le thème de cette année est : "La crise ! Vous trouvez ça drôle ?".  Je présenterai à cette occasion 3 monologues, dont deux de mon cru, le samedi soir.  
Tarif : 5 euros - Pass 3 jours : 10 euros

 

Printemps du conte et de la poésie à St Agathon du 15 au 17 mars 2013 :

Poètes, écrivains, conteurs, chanteurs et autres joyeux drilles vous donnent rendez-vous pour cette première édition ! Pour plus d'informations, le programme, les lieux, la buvette, c'est par ici :

bientôt le programme sera disponible sur le blog ci-dessus

 

Lecture de poèmes de Mahmoud Darwich le 9 février 2013 à 15h à la médiathèque de Guingamp 

 

Scène ouverte de poésie à Pontrieux le 14 septembre 2012

Lecture de poésie à Tréguier le 31 août 2012 

Lectures de nouvelles de Maupassant à Brest le 6 juillet 2012 

Festival Les petits papiers en fête, à Belle-Isle-en-Terre le 3 juin 2012 :

  IMGP0409

Festival de théâtre amateur d'Erquy :

Du 30 mars au 1er avril aura lieu à Erquy (22) un sympathique festival de théâtre amateur. Cette année, la programmation privilégie le théâtre "absurde" : Obaldia, Dubillard, Tardieu, Prévert et d'autres seront mis à l'honneur (et en scène) par diverses troupes des Côtes d'Armor (et une du nord de la France).

Je présenterai à cette occasion deux monologues de Dubillard.

Tarif : 5 euros - Pass 3 jours : 10 euros

 

Ci-dessous les liens des monologues de Dubillard :

 

http://www.dailymotion.com/video/xq8box_a-la-bonne-heure-dubillard_fun

 

http://www.dailymotion.com/video/xq8aq0_fable-de-dubillard_fun

 

A la médiathèque de Guingamp :
 

Petits ateliers de lecture à voix haute

De janvier à mars, nous vous proposons de vous initier à la lecture à voix haute.


Trois séances de préparation sont organisées à la médiathèque dans le cadre du printemps des poètes.
Travail sur le choix de textes, définition de règles pour une bonne lecture à voix haute en public, travail sur la mise en scène d’une lecture, et répétitions se succéderont.

Renseignements et inscriptions : 02 96 44 06 60
Atelier animé par Clotilde de Brito, comédienne. C'est moi !!
Association Compter les girafes
 

Ecoutez lire

Samedi 17 mars à 15 heures

Gratuit

Le 14ème printemps des poètes, qui se déroulera du 5 au 18 mars 2012, s'intéressera aux "Enfances". Venez écouter, découvrir des extraits d'oeuvres sur ce thème.
Des lecteurs se relaieront pour vous permettre de plonger dans les univers de différents poètes.

 

 

A Trémeven le 22 de chaque mois, Veillées des Cotes du Nord :

 

Le 22 novembre 2011, suivant le temps dont je dispose, j'y ai raconté l'histoire du lapin du boulanger.

Le 22 août 2012, j'y ai chanté une chanson humoristique, Le train.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 11:19

Dans notre monde si absurde, il est temps de mettre un peu d’ordre et de sérieux.

 

Quand nos amis anglophones évoquent le regain d’intérêt de nos contemporains pour la musique classique romantique, ils se trompent lourdement en déclarant : « Beethoven is back. »

 

Bien sûr que non ! Beethoven est Beethoven et Bach est Bach !

                                             

Certes, Bach et Beethoven sont tous les deux allemands, mais c’est une vision bien réductrice et complètement fausse de dire qu’un allemand en vaut un autre. Pensez-vous vraiment qu’il soit de bon ton de faire ce genre de déclaration ?

Dear English friends, Beethoven is not Bach, it’s not the same you understand ?!?

 

Pour preuve, il est complètement impossible de faire une belle fugue (à siffloter) avec quatre pommes dans chaque poche (Pom pom pom pom Pom pom pom pom).

 

Beethoven admirait Bach, ce qui n’était pas réciproque… Certains pourront m’opposer que Jean-Sébastien était mort depuis 20 ans quand Ludwig vint au monde, certes… mais au final cela ne fait que confirmer l’affirmation du début, Beethoven is not Bach parce qu’on ne peut être et avoir été.

 

D’autres différences remarquables devraient permettre aux respectables sujets de la Reine de ne plus faire, comme on le dit beaucoup ces temps-ci, l’amalgame (même pour ceux qui ne sont pas dentistes). Outre leurs différences musicales, Bach et Beethoven n’avaient ni le même coiffeur, ni le même handicap, ni la même vie sexuelle :

-          Alors que le premier arborait fièrement la perruque blanchie, baroque et ondulée, le second laissait sa chevelure libre et furieuse comme une symphonie de lui-même.

-          Beethoven commençait à être sourd à 26 ans, Bach était aveugle à la fin de sa vie.

-          Bach eut 20 enfants. Beethoven, malgré plusieurs pièces pour musique de chambre, n’en eut aucun. Il se contentait d’écrire quelques lettres, à Elise notamment, glorifiait le Clair de lune mais aucune de ces approches n’aboutit… Alors qu’un contrepoint bien placé permit à Bach d’avoir une ribambelle de presque deux équipes de foot.

 

Certaines œuvres de Beethoven laissent un goût d’inachevé. A l’opposé, Bach avait beaucoup de suites (dans les idées je ne sais pas, mais beaucoup de suites quand même).

 

Beethoven a donné son nom à un chien. Bach a donné son nom à un examen.

Nous devons à Beethov notre hymne européen, l’hymne à la joie, alors que les fleurs de Bach soignent les états de tristesse.

Les différences sont donc nombreuses. Un point commun cependant, ils aimaient bien numéroter leurs œuvres. Symphonie numéro tant pour Loulou, prélude numéro tant pour Jean-Seb. Mais gare là encore aux amalgames (majeurs ou mineurs) : tous les allemands ne sont pas forcément des gens ordonnés !!

 

Donc non, chers amis d’outre Manche, Beethoven is not Bach. En revanche, quand je vois la programmation actuelle dans les salles de concert, on peut vraiment dire que la musique de Beethov est de retour…

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 11:42

gamine je vois tes larmes, devine tes combats,

tes monstres intérieurs qui te rongent si fort

je sais toutes ces voix qui te disent à quoi bon

je sais toutes ces peurs qui n'ont jamais d'aurore

 

ton corps n'est plus le tien, tu le vis malgré toi

tes pensées sont d'ailleurs, tu ne t'appartiens plus

l'avenir n'est qu'un mot qu'on répète sans voix

l'avenir n'est qu'un leurre pour qui se sent perdu

 

gamine je vois tes yeux qui n'ont plus de lumière

qui donc a pu l'éteindre ? qui la rallumera ?

quels démons se consument sous ton front solitaire ?

dis moi quelle formule pour effacer tout ça ?

 

ta bouche ne s'ouvre plus, tes lèvres emmurées

sont désert et tombeau que rien ne vient fleurir

tes doigts nouent et dénouent des souvenirs blessés

des souffrances passées que rien ne peut guérir

 

gamine je vois parfois passer tes idées folles

peu à peu tu t'éloignes tu coupes les ficelles

qui t'attachent à la terre, et déjà tu t'envoles

quel est le maudit ange qui t'a prêté ses ailes ?

 

crois moi j'en ai connu des temps de désespoir

j'ai souvent bu la tasse avant de voir la rive

moi aussi j'ai songé à la fin de l'histoire

(elle vient bien assez tôt, vis avant qu'elle n'arrive)

 

gamine je vois tes pas qui ne savent plus danser

comme je voudrais t'apprendre avec ou sans musique

que tu retrouves enfin la joie de t'élancer

en laissant derrière toi l'angoisse et le tragique

 

et tu pourrais cueillir des idées si nouvelles

qu'elles sauraient effacer toutes celles d'avant

l'issue est incertaine mais l'ambition est belle

laisse-toi essayer, tu sais, la vie t'attend

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 20:20

Quand ils se rencontrirent dans cette soirée, il tombit immédiatement amoureux d’elle.

 

Lorsque ses grands yeux bleu vert se tournirent vers lui, elle lui rappelit les mers des Caraïbes et son cœur fonda comme neige au soleil.

 

Il osit lui parler, la couvra de compliments, il ressenta une joie immense quand elle consenta à danser avec lui. Il l’embrassit et l’enlacit, ce qui l’étourda. Elle réponda à son baiser et c’est ainsi qu’ils commencirent une histoire qui durit trois ans.

Il l’aimit, il l’adorit même. Mais leur relation ne francha pas le cap fatidique de la cohabitation.  

 

Et quand elle parta, il souffra énormément. Il lui écriva, lui proma de changer, mais sans réponse. Il passit ses nuits à pleurer, à se souvenir des doux moments passés ensemble, mais peu à peu il réussa presque à l’oublier.

 

Depuis il vit tranquillement avec sa nouvelle amie, il va à la pêche tous les dimanches et l’accompagne à la piscine le mardi.

 

Bien sûr il pense parfois à cet amour ancien, mais il sait que l’amour se conjugue très mal au passé.

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 16:37

ils sont deux,

inconnus,

se sont vus

dans ce lieu,

suspendus,

sans oser

proposer

un début

 

mais déjà

l'attirance

se balance

dans leurs bras,

elle a faim,

il a soif,

la décoiffe

de ses mains

 

ils sont deux

et leurs bouches

peu farouches

savent mieux

se séduire

se donner

deviner

leurs désirs

 

la serveuse

spectatrice

ou complice

envieuse

se souvient

d'autres soirs,

la mémoire

lui revient

 

****

 

ils sont deux

ils sourient

attendris 

et fiévreux,

ils sont deux

à la table,

insatiables,

amoureux

 

il lui dit

doucement

ses élans

ses envies,

elle éclate

d'un grand rire

qui l'attire

et l'épate

 

ils commandent

un festin,

du bon vin

en offrande

au hasard

qui les a

pas à pas

mis à part

 

la serveuse

qui s'approche

en fantoche

ennuyeuse

se retire

doucement

entendant 

leurs soupirs

 

  ***

 

ils sont deux, 

en partance,

le silence

insidieux

qui se glisse

dans leurs yeux

fait l'aveu

du factice

 

tous leurs mots

s'évaporent,

et leurs corps

sans assauts

se font face,

elle et lui,

et l'ennui

se fait glace

 

leurs regards

se dérobent,

pour sa robe

plus d'égards,

plus de rose

à leurs joues,

plus de "nous"

dans leur prose

 

la serveuse

vient, toussote,

tend la note

en sauveuse,

le dîner

est fini,

l'infini

s'est fané

 

  *****

 

elle est seule

à la table

misérable

en linceul,

gris fantôme

qui hésite

dans sa fuite

monochrome

 

elle éclate

en sanglots,

trémolos

en sonate

pour salauds

en cravate

diplomates

et vieux beaux

 

il est seul

à la table,

nuits minables

dans la gueule

qu'il épuise

en questions,

en brouillons

qui se brisent

 

la serveuse

qui les guettte

comme des bêtes

curieuses

leur apporte

un grand verre

une bière

peu importe 

 

et elle prend

les commandes

qui s'étendent

trop longtemps,

fatiguée

elle se dit

qu'elle aussi

est passée

 

à ces tables

de restos

où les mots

incapables

en prélude

se retirent

pour écrire

"solitude"

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 01:53

Je suis trop grande, trop vieille,

On m’appelle la grand-mère,

Parfois même mamie blues...

 

Je suis une contrebasse,

J’voulais être clarinette.

Une chose est claire et nette,

Je n’suis pas à ma place.

 

J'passe pas inaperçue

Dans l’orchestre symphonique,

Et pourtant,

Les plus grands derrière !! Les plus grands derrière !!

Foutue photo de classe

D’instruments de musique...

 

Certains croient que j'suis snob,

Que je suis pour la haute, puisque j'suis contrebasse

Alors qu’il faut pas se fier à ma taille démesurée.

J’vous regarde pas de haut

Mais j’m’y prends comme un manche

Pour me faire des alliés.

 

J’ai voulu être amie

Avec quelques trompettes,

Je me suis pris des vents.

 

Dans les hauts bois je suis partie me consoler

En cor(ps) à cor(ps) avec la nature :

Ils n’ont pas voulu de moi

Flûte… mais basson…

 

J’y étais pourtant allée doucement doucement, piano piano...

J’ai la corde sensible moi, et j’en ai même quatre.

Qu’on me pizzicatote ou qu’on me passe l’archet,

Il faut qu’on le fasse avec délicatesse.

 

Je suis une contrebasse,

J’voulais être clarinette.

Une chose est claire et nette,

Je n’suis pas à ma place.

 

Je perds toujours les clés,

J’retrouve jamais ma caisse,

Je m’emmêle les chevilles,

Eternelle détresse...

 

J’ai le jazz qui me monte aux yeux,

Le tango qui me fait tanguer.

Oui je sais, mon ton est grave,

Mais bon, je donne le rythme.

 

Dans ma famille, je suis la grande sœur, l’aînée,

Toujours vigilante pour que mes cadets

Ne se retrouvent pas au violon

Car nous savons les tristes destins que le violon scelle.

 

Je suis une contrebasse,

J'voulais être clarinette.

Une chose est claire et nette

Je n’suis pas à ma place

 

J’veux pas m’faire entuber par un tuba,

Me faire tringler par un triangle,

Me faire happer par une harpe,

Me faire battre par une batterie...

 

Mais tu t’en bats les timbales et les cymbales avec !

Tu t’en balances du blues de la contrebasse

Hein ? 

Donne moi au moins ton numéro de xylophone !

 

Allez ! Me laisse pas dans l’impasse,

Moi j’voulais être clarinette.

Une chose est claire et nette,

Je n’suis pas à ma place.

 

Pour être au diapason,

Pour être en harmonie,

J’fais pas donner les grandes orgues,

J’la mets juste en sourdine.

Mais je persévère et insiste,

Car comme disait mon père

Il faut luthier, luthier, luthier toujours.

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 19:55

T'es pas belle ma ville

T'es grise et tu pues le soja

T'as des bistrots plein tes valises

Et ma valise ne revient pas

 

T'as des valises plein tes bistrots

T'as des voyages dans tes embruns

Et ça dérive et ça prend l'eau

De Recouvrance à Saint Martin

 

Je parle de toi comme d'un écueil

D'une porte qui reste entrouverte

Et si je reste sur le seuil

Est-ce que je cours à ma perte ?

 

 

Et on écoute Miossec

Un peu comme deux exilés

L'œil humide le cœur à sec

On voit le soir décliner

 

Vivre ailleurs ce n'est pas vivre

C'est attendre de rentrer

 

 

T'es comme un tout premier amour

Qui laisse un goût de pas assez

On aurait pu se dire toujours

Je suis partie tu es restée

 

Doit-on retourner d'où on vient ?

A ses anciennes habitudes

Aux rues que l'on connaît si bien

Y retrouver des certitudes ?

 

Car j'ai encore des nostalgies

De place Guérin ou Liberté

De chansons qui déchirent la nuit

Dans un relent d'ébriété

 

 

Et on écoute Miossec

Un peu comme deux exilés

L'œil humide le cœur à sec

On voit le soir décliner

 

Vivre ailleurs ce n'est pas vivre

C'est attendre de rentrer

 

 

Perpendiculaire à perpèt

De perspectives vers le port

T'as des brouillards de cigarette

J'ai des envies de réconfort

 

Mes quinze ans stagnent dans les flaques

Où sautent des mioches en capuche

Parfois jetée par le ressac 

Je viens serrer quelques paluches

 

T'es vraiment à l'ouest ma ville

T'es trop loin de tout et de rien

Tu bouges pas toi t'es tranquille

C'est à moi de faire le chemin 

 

 

Et on écoute Miossec

Un peu comme deux exilés

L'œil humide le cœur à sec

On voit le soir décliner

 

Vivre ailleurs ce n'est pas vivre

C'est attendre de rentrer

 

 

T'es si belle ma ville

Dans tes lumières de bout du monde

Quand ta nuit appelle les îles

Dans des bouteilles vagabondes

 

T'as des sirènes dans tes silences

Qui me ramènent jusqu'à toi

De Saint Martin à Recouvrance

C'est mon ombre que je revois

 

Doit-on retourner d'où on vient ?

Finir l'histoire où elle commence ?

Je ne sais pas je me souviens

Et ma mémoire tue la distance

 

 

Et on écoute Miossec

Un peu comme deux exilés

L'œil humide le cœur à sec

On voit le soir décliner

 

Vivre ailleurs ce n'est pas vivre

C'est attendre de rentrer

 

Partager cet article
Repost0