Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Au tour de Clo
  • : Décryptage humoristique (ou non) des choses de la vie, délires poétiques, réflexion et bonne humeur.
  • Contact

Recherche

Liens

29 novembre 2018 4 29 /11 /novembre /2018 11:16

Facteurs de père en fils sur six générations,

Érigeant une vraie dynastie du courrier,

L’Histoire s’en souviendra et retiendra leur nom.

Moralité : ils bossent pour La Poste héritée.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 20:08

Secret d'un jardinier amateur de peinture :

Au cœur du potager, disposer des tableaux.

Il a pu constater _ étonnante nature ! _

Que tout pousse à merveille avec du Botero.

 

(du beau terreau...)

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 18:56

Au volant de ta voiture,

Tu te sens parfois en transe

Et tu roules à toute allure

Sans te tracasser du sens,

De ta direction future :

Tant que ça roule, tu avances.

 

Ah ça ! Tu as de l'allure

Quand tu fais le plein d'essence !

Dans le smog d'hydrocarbures,

Quelle classe ! Quelle prestance !

Puis tu boucles ta ceinture

Repars dans le même sens.

 

Un sentiment d'imposture

Vient parfois troubler tes sens.

Quelques instants tu mesures

Le creux de ton existence,

Mais il faut garder l'allure

Dans un monde d'apparences.

 

Alors fi de tes fêlures

Et de tes cas de conscience.

Et jusqu’à la sépulture

Tu maintiendras la cadence,

Au cas où, si d’aventure

Tout cela avait un sens.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 08:44

Le président du Club des Amis de la Glu,

Des Rubans adhésifs et Matériaux collants

Est ravi d'annoncer un fait inattendu :

Il y a cette année deux fois plus d'adhérents.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2018 5 23 /11 /novembre /2018 17:56

Le dalmatien, la salamandre et le guépard

Se retrouvaient pour célébrer leur amitié

Dans un repaire dont ils partaient gais et hilares.

Moralité : "Pour vivre heureux, vivons tachés."

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2018 4 22 /11 /novembre /2018 17:04

À l'ombre de ta parole,

Je me repose.

 

Loin des soleils perdus,

Dans l'étonnement de ton regard,

Tu me composes une nuit douce,

Un refuge caché

 

Tes mots ont dessiné la paix de mon âme.

 

Encre de ta voix

Déversée sur mon sommeil,

Caresse d'un vent d'ailleurs

Cueilli dans un souvenir de neige,

Syllabes tombées de tes lèvres

Telles des flocons qui s'évaporent dès qu'ils me touchent.

 

L’attente de ta voix me transperce la peau

Et au flot du sang lourd dans mes tempes

Se mêle le venin délicieux de l’aiguille de ta langue.

 

 

À l'ombre de ta parole,

Je peux enfin dormir.

 

Quand la folie du monde cherche la lumière,

Comme il est calme et sombre

Le berceau de ton épaule !

 

Nous créons un chemin jusqu'au sommet du monde.

Là où nos baisers froissés se dérobent,

La nuit nous enveloppe

Dans la soie d'un secret.

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 09:41

Bien souvent mes poèmes' ne peuvent' me satisfaire,

Et j'ai beau les relire, je les trouve mauvais.

Quel art, quelle étincelle' pourrait-on en extraire ?

Dans mes vers sans valeur roupillent' deux cents sonnets.

 

(roupie de sansonnet)

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 12:12

Glouglou tout le jaja qui rend un peu beubeu,
Qui renfloue la parole et rend flou le regard

Et donne au corps l'aspect d'un flan gélatineux.

Moralité :

L'alcool parfois confère un air agar agar.

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 16:20

À celles qui complexent un peu des rotoplots,
Sachez qu'il n'y a pas de poitrine idéale.
Mais si vous le souhaitez, une balance à plateaux
Pourra vous indiquer ce que vos roberts valent.

 

 

 

(balance Roberval...)

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2018 5 02 /11 /novembre /2018 20:05

Tu rêves enfin au-delà de tes rêves.

 

Il y a cette chaleur, ce souffle en toi
Qui prend l’ampleur des montagnes,
L’immensité du ciel.


Tu t'imagines cheminer au gré des jours
Qui sèment le vent de l’espoir.

Tu sais que tu peux à nouveau fermer les yeux
Et avancer tout de même.

 

La confiance retrouve son chemin,

Elle te sillonne des pieds à la tête.
Elle te traverse.
Son haleine t’enveloppe
Dans la douceur tiède du matin assoupi.


Tu es prêt à repartir à nouveau.
Tu refermes la porte derrière toi,
Poses la main sur le mur familier,
Jettes la clé pour ne plus craindre de la perdre.

 

Tu remercies le monde de te tenir la main.

Partager cet article
Repost0